Monsieur et Madame tout le monde voyagent à vélo

Lorsque nous taillons le bout de gras avec des gens en bord de route, dans un café ou autour d’un feu, certaines questions reviennent. La première est « comment ? » et la seconde est « pourquoi ? » ! Il manque le « où ? », très certainement parce que ces discussions sont ancrées géographiquement, la question ne se pose donc pas.

Les réponses sont souvent les mêmes, quoi que un peu adaptées en fonction de l’humeur du jour. Pourtant, passés 10 000 kms quelque part en Tanzanie nous avons eu envie de les écrire, comme pour figer ces réponses, pour ne pas les oublier. Et puis en arrivant au Cap en relisant notre petit carnet, on s’est dit qu’on pouvait en faire un article et le publier sur tescapavelo.com pour rendre le tout un peu moins égoïste !
Ce que vous allez lire sont donc les réponses construites après 10 000 kms sur la route. Ces réponses ne constituent pas une vérité absolue mais plutôt notre vérité lors de cette soirée tanzanienne !

Comment ?

Nous avons peu à peu acquis la certitude que la seule chose importante est de croire que tout ce qu’on souhaite est possible. Il suffit de suivre ses envies. Et puisque tout le monde peut avoir des envies, tout le monde peut tout faire. Aussi, ce que nous faisons tout le monde peut le faire. Enfin, non, tout le monde qui en a envie peut le faire !

Nous sommes Madame et Monsieur tout le monde et il ne s’agit pas là de fausse modestie. L’important est de prendre conscience de toutes nos possibilités, en adaptant son rythme à celles-ci. Ce qu’on fait chaque jour est faisable et c’est la somme de tous les jours qui aboutit à une grande route, mais du coup tout aussi faisable.

Nous ne sommes pas sportifs et pourtant nous avons parcourus 10 000 kms à vélos.

Nous n’avions pas d’entraînement (parce qu’on aura beau nous dire le contraire 15 jours le long d’un fleuve ce sont des vacances, pas de l’entraînement ! ) et nous avons sollicité notre corps pendant plusieurs mois quasi quotidiennement.

Nous ne sommes pas des vagabonds/roots/traîne-savates et nous avons passé plusieurs mois dans une tente.

Nous ne sommes ni millionnaires ni assistés et nous voyageons au long court sur nos économies.

Si nous ne devions, ce soir là, dire qu’une seule chose de notre voyage ce serait celle-ci : ce que nous faisons, tout le monde peut le faire !

 

Pourquoi ?

La réponse est forcément un peu plus personnelle que pour le « comment ? », mais elle ne nous change pas de notre vision de « Madame et Monsieur tout le monde ».
Nous sommes partis sans objectif à atteindre et en prenant garde de ne rien avoir à prouver à personne. Surtout nous sommes partis sans fuir.

Nous étions heureux et nous le sommes toujours, mais différemment.

Nous avons décidé de prendre la route et de vivre toutes les conséquences de cette décision. Quitter nos boulots (et ne plus avoir de revenus). Rendre nos appartements (et ne plus avoir de chez soi). S’éloigner des gens que nous aimons (et apprendre à vivre seuls à deux avec tous les gens que nous rencontrons). Certaines de ces conséquences semblent plus lourdes et plus douloureuses certains jours que d’autres.

Il aurait peut-être été peut être plus facile de partir si un de ces éléments c’était imposé à nous. Parce que nous devons chaque jour assumer notre décision et nous en prendre qu’à nous-mêmes quand les conséquences deviennent plus difficiles à supporter justement. Nous n’avons pas de cause extérieure que nous pouvons rendre responsable. En revanche, vu que nous sommes deux, nous pouvons toujours accuser l’autre. Cela arrive, pas régulièrement, mais cela arrive : une montée trop longue, un plat de pâte à crêpes renversé et tant d’autres situations peuvent faire sortir beaucoup de vilaines choses !

Cependant, nous nous sentons vivre, nous sentons chaque jour qui passe et il nous semble désormais que c’était ce que nous cherchions.

En vivant sur la route, l’éphémère n’a plus le même sens. Nos esprits ont été forcés de re-apprendre à vivre le quotidien, sans ressasser la journée d’hier, sans trop languir la journée de demain. Sans regretter les moments passés et sans redouter ceux à venir. Il nous semble avoir trouvé notre enjoy apaisé.

Il est parfois nécessaire de bloquer le temps quelques instants pour sentir cette bouffée de bonheur. L’air sur les mollets découverts dans une descente. Le bruit des feuilles pendant une sieste en plein air. Un regard furtif alors qu’on ne pige rien à ce que nous raconte notre interlocuteur. Le premier « bonjour ». Etc.
Nous ne cherchions rien d’autre que de vivre du temps ensemble et nous avons trouvé une confiance indescriptible/indestructible en soi, en nous et en le monde.

La décision de prendre la route nous aura permis de nous rendre compte de tout cela, dans le même temps nous savons que bien d’autres méthodes sont possibles !

« Mais qu’on soit immobile ou en mouvement, une chose est sûre rien n’arrête le temps »

Voilà la raison principale de notre voyage, à laquelle il faut, bien sûr, ajouter toutes les autres raisons du voyage : l’envie de rencontrer des gens, de découvrir des lieux nouveaux, de voir par nous même pour déconstruire des images, etc. Peut être que ces raisons nous ont paru trop raisonnables ? En tout cas nous n’avons pas écrit dessus ! Il y aurait aussi la réponse à « pourquoi à vélo ? », mais ce sera pour une autre fois !

En fait, il s’agit simplement de vivre ces décisions et qu’est-ce-que c’est bon !

4 thoughts on “Monsieur et Madame tout le monde voyagent à vélo

  • Catherine 15 octobre 2017 at 12 h 43 min Reply

    Merci de nous avoir livré quelques belles réflexions philosophiques et personnelles.
    Et Merci surtout pour tout ces moments partagés.

    • Catherine 15 octobre 2017 at 12 h 46 min Reply

      Erreur de frappe, il faut lire « tous » au lieu « tout » …

  • valente 16 octobre 2017 at 12 h 08 min Reply

    Je partage complètement le commentaire de Catherine… et encore bravo d’être allés jusqu’au bout

  • arnoult jp nanou 22 octobre 2017 at 11 h 51 min Reply

    salut les courageux
    c’est avec on grand plaisir que nous avons reçu votre carte du bout du monde
    nous espérons que tout va bien pour vous et espérons vous revoir soit au détour d’un voyage ou en France a votre retour
    oui nous repartirons mais pas avant février 2018 et cette fois ci coté méditerranée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *